Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

Recherche sur le site

Calendrier

Mai 2020
L Ma Me J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Dimanche 31 mai 2020 - Pentecôte


 
 

La Vie du Pôle


Pentecôte - dimanche 31 mai 2020 - diaporama
Pentecôte - dimanche 31 mai 2020
Pentecôte - dimanche 31 mai 2020
 

Reprise du Culte

 

 

Pentecôte (cliquez pour info)
dimanche 31 mai , 09:30 - , Pôle du Val Maubuée

Aumônerie par téléconférence (cliquez pour info)
vendredi 5 juin , 10:00 - 17:00,

Intention de messe et don pour la quête (cliquez pour info)
dimanche 7 juin , 11:00 - 23:59, Pôle du Val Maubuée

Acat - la nuit des veilleurs (cliquez pour info)
vendredi 26 juin , 08:00 - 17:00, Pôle du Val Maubuée

Reprise du culte En ce jour de Pentecôte, après ce temps de confinement, nous voici réunis à l’église, ou en communion pour célébrer l’Esprit-Saint.
Les célébrations reprennent :
- Les messes du dimanche et en semaine (page 2) (site internet eglise-catholique-val-maubuee.fr)
- Les célébrations, baptêmes et mariages, les obsèques.(avec les consignes liées avec le confinement)
- Les confessions : merci d’appeler au Centre Saint Paul, pour prendre rendez-vous avec un prêtre.
 
La permanence d’accueil au centre Saint Paul :
- Le mercredi de 17h à 19h et le samedi matin de 10h à 12h.
 
Les églises restent ouvertes en semaine, vous trouverez les horaires en bas de page.
 
Merci à toutes les personnes qui nous ont aidés, merci aux bénévoles qui permettent un accueil pour les ouvertures des églises et pour les différentes messes. Nous avons toujours besoin de volontaires ; n’hésitez pas à vous faire connaître auprès de l’équipe de proximité, à nous écrire sur l’adresse émail du centre st Paul
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou appeler au 01 60 05 03 91
        Père André Urbanek.

 

Consignes grand public
- Chacun en conscience, en fonction de son état de santé personnel, réfléchira à la pertinence ou pas de se rendre à la messe
- Le port du masque est obligatoire dans l’église, il revient à chacun de venir avec son masque.
- Seules les places indiquées peuvent être occupées, respecter la distanciation de 1 m.
- Lorsque le nombre maximal autorisé de fidèles est atteint, l’accès à l’église est refusé.
- La communion ne peut être donnée que sur la main.
- A la fin de la célébration sortir rang par rang en partant du fond de l’église,

Eviter tout rassemblement à l’intérieur et à l’extérieur de l’église.       


Catéchuménat Nous continuons à prendre des inscriptions pour commencer des parcours adultes vers le baptême, la communion ou la confirmation. L’accompagnement est individuel. Vous pouvez contacter le centre Saint Paul par mail ou par téléphone et nous prendrons rendez-vous avec vous"
Equipe catéchuménat du Pôle du Val Maubuée
 
Ouverture des églises :
Torcy, tous les jours de 9h à 18h
Lognes, tous les jours de 16h à 18h
Croissy- Beaubourg, tous les de jours de 7h30 à 19h
Noisiel, en semaine de 10h à 17h et le weekend de 10h à 15h
Champs, tous les jours de 10h à 18h
Emerainville :de 9h à12h le lundi et mercredi, de 10h30 à 11h30 le samedi matin
 

Miséricorde :

Réalité existentielle pour Dieu et pour les hommes

        Le premier vendredi de chaque mois et le deuxième dimanche de pâques sont dédiés à la divine miséricorde pour nous les catholiques et cela conformément, d’une part, à la révélation faite à Sœur Faustine par le Christ lui-même, d’autre part, par le décret pontifical de Jean-Paul II. Jésus est le visage même de la divine miséricorde. Saint Luc, dans son évangile, nous le révèle plus que tous les autres évangélistes. Je vous invite à le découvrir brièvement à travers cet édito. En effet, en parcourant le troisième évangile, nous découvrons que les manifestations miséricordieuses de Dieu en Jésus-Christ apparaissent de multiples manières: — par des rencontres de Jésus: avec le paralytique et ses compagnons (Lc 5,17-25); avec Zachée, jusqu’à demeurer dans sa maison (19,1-10); avec la pécheresse et Simon dans la maison de ce dernier (7,36-50); avec le pharisien et le publicain qui prient au Temple (18,9-15); — par des histoires racontées par Jésus et intitulées par les commentateurs « paraboles de la miséricorde »: celle des deux fils et du père (15,11-32); celle de la brebis perdue (15,3-7); celle de la drachme retrouvée (15,8-10); celle de l’intendant avisé qui remet les dettes (16,1-8); celle du Bon samaritain (10,30-37); — par des paroles précises de Jésus: « Montrez-vous compatissants, comme votre Père est compatissant. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés ; remettez, et il vous sera remis. Donnez, et l’on vous donnera » (6,36-381) ; « Et quiconque dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera remis, mais à qui aura blasphémé contre le Saint-Esprit, cela ne sera pas remis » (12,9-10); « Remets-nous nos péchés, car nous-mêmes remettons à quiconque nous doit; et ne nous laisse pas entrer en tentation. » (11,4); « Prenez garde à vous! Si ton frère vient à pécher, réprimande-le et, s’il se repent, remets-lui. » (17,3); « Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit, tandis qu’il patiente à leur sujet! Je vous dis qu’il leur fera prompte justice. » (18, 7-8); « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (23,34); « En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis. » (23,43); — par des regards significatifs du Christ: celui posé sur Judas lors de la dernière Cène (« Cependant, voici que la main de celui qui me livre est avec moi sur la table. », 22,21) ou sur Pierre dans le palais de Caïphe (« Et le Seigneur, se retournant, fixa son regard sur Pierre. », 22,61); — par des actes précis qui renouvellent la vision que nous pouvons avoir de la bonté de Dieu et de son Fils: l’immersion du Christ dans les eaux du Jourdain (3,21) comme symbole de celui qui se met au rang des pécheurs et se rend solidaire de tous les hommes; la compassion de Jésus en de multiples occasions: « En la voyant (la veuve de Naïm), le Seigneur eut pitié d’elle et lui dit: “Ne pleure pas”.» (7,13).

        Cette rapide évocation nous montre la variété de situations et d’événements à travers lesquels se manifeste la miséricorde de Dieu. Une telle pratique peut prendre divers visages : celui du partage, de la patience, et surtout du pardon, qui est une forme privilégiée de la miséricorde. Elle trouve son origine et son modèle dans l’action du Père miséricordieux (6,36), et est présente particulièrement dans la troisième section de l’évangile (14,1-17,10) pour culminer dans les paraboles de miséricorde. Ce pardon, Luc le présente comme prophétique, au sens où il est expression de la miséricorde de Dieu dans l’histoire, révélant l’absolue gratuité de l’action divine pour les hommes. Prophétique, il est finalement mortel pour celui qui le vit. Jésus en croix ne dit-il pas : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (23,34). Il peut conduire le témoin jusqu’à la mort, afin qu’éclate la gratuité de la vie donnée par le Père. Cette gratuité se centre dans l’évangile sur la personne du Christ qui fait miséricorde, qui est lui-même miséricorde à travers le don de sa vie. On le voit : la dynamique de la miséricorde soustend le déroulement même du récit lucanien et en dévoile progressivement toute l’ampleur et la réalité en la personne du Fils de Dieu, livré pour les pécheurs. N’est-ce pas Lui qui seul peut nous garder la porte ouverte et nous permettre de passer dans la demeure et de nous jeter dans les bras du Père ?

        Bref, la miséricorde est le sel qui donne le goût à l’agir historique de l’homme et de Dieu. Elle a tous les visages que l’homme, à travers ses actes, peut lui donner. Elle a particulièrement le visage du Christ en qui se reflète la splendeur de la gloire du Père. Ce Père, que nous connaissons par Lui, est fidèle et tendre, lent à la colère et plein d’amour. Il imprègne le temps de son attente : c’est sa patience et sa vigilance. Il ouvre ses bras à ceux qui reviennent vers Lui. Il soigne sur le chemin celui qui est blessé (Le bon samaritain) et ceux qui sont déprimés (Emmaüs). Un pardon existe — à tout le moins offert — dans la vie de tout homme. En pardonnant et en nous disant de pardonner, Jésus nous engage à entendre ce pardon, pour découvrir ce qui s’y vit et pour discerner ce qui, à l’origine du pardon reçu pour nos péchés, nous donne à notre tour de pardonner.  

Dans tout pardon, il y a une gratuité, une miséricorde qui a porté son fruit.

Prosper LOMBADISHA