Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

 Les Prêtres et Diacres


 

Les Prêtres

  • Le père André Urbanek - 01 64 27 14 32
  • Le père Régis Martin - 09 80 68 58 40
  • Le père Déocard Rhuhunemungu - 07 58 07 39 52
  • Le père Jean-Luc Kiala Nseka - 07 52 26 98 14

 Les Diacres

  • Guy BRISSON - 06 62 06 58 70
  • François DEVEAUX - 06 09 17 13 34
  • Jean INGLESE - 01 64 80 74 94

 

Un nouveau prêtre à la paroisse...

        Qui est-il et d’où vient-il ? Il n’est pas toujours aisé de parler de soi-même ; la tentation du subjectivisme est inévitable. Je préfère vous conduire sur la voie de la genèse de ma vocation sacerdotale. Ce n’est qu’un choix. Avant tout, je suis le père Jean-Luc KIALA, prêtre étudiant à l’Institut Catholique de Paris et originaire de la République Démocratique du Congo.
 
        Il est permis de rêver. Je crois n’avoir pas dérogé à cette règle générale. La joie de devenir un infirmier ne cessait de hanter mon esprit sans connaître la genèse. Revêtir la blouse blanche à côté des malades fut mon rêve comme jeune avant la fin de mes études secondaires. Chemin faisant, la surprise ne se fit pas attendre : c’est ma grande sœur qui prit la route vers la blouse blanche avant que je n’aie exprimé mon rêve. Quelle déception dans une culture où deux enfants d’une même famille ne sont pas encouragés à suivre la même profession ! Il faut changer de cap. Il faut faire le droit pour être avocat. Tout est décidé, même au grand jour pour ne plus rater le train. Hélas ! Une autre surprise m’attendait : notre vieux curé de la paroisse, le père Vincent qui, à l’annonce des résultats sanctionnant la fin de mes études secondaires, m’aborda timidement pour m’inviter à un concourt organisé par le diocèse en guise de recrutement des candidats séminaristes. Ma réponse fut brève et peut-être non courtoise : « non ».  Le père fut étonné de ce refus catégorique alors qu’il estimait certainement une réponse à la manière de Marie. Les jours passent. C’est à la sortie d’une retraite des jeunes de la paroisse que le même père me proposa de l’accompagner pour une messe à 35 km dans un sous- poste, à pieds. Je reconnais avoir eu un temps d’échange fructueux avec le vieux sage sans allusion à la vocation sacerdotale qui ne m’intéressait pas du tout. A moins d’un jour du concours organisé à 50 km de la paroisse, le père curé est revenu sur son histoire embêtante. « Je ne me suis pas préparé », ce fut ma réponse. L’infatigable curé me jugea digne, même sans préparation. Bon gré malgré, la réussite fut certaine. C’est la genèse  d’un chemin imprévisible.
 
        Cette aventure m’a ouvert le chemin  progressivement à accepter de tout cœur ce qui constituait l’ombre de mes rêves. Il fallait deux ans de propédeutique avant de commencer la philosophie au grand séminaire saint Robert Bellarmin de MAYIDI, à 130 km de la ville de KINSHASA, la capitale de la République Démocratique du Congo. Après trois ans de philosophie et six ans de théologie, je fus ordonné prêtre, de l’imposition des mains de Monseigneur Fidèle NSIELLE ZI MPUTU, le 25 juillet 2010. Mon bref parcourt jalonné des joies et des peines, commence comme vicaire de paroisse au village et en ville, formateur au petit et grand séminaire avant de venir en France aux études. Un fait très marquant de ma vie pastorale : le fait d’aller annoncer la Bonne Nouvelle à mes frères et sœurs qui n’avaient jamais entendu parler de Jésus-Christ. J’ai fait l’expérience d’acceptation et de refus, de découragement et de persévérance, d’accidents à moto avec un bras cassé à quatre endroits ; une expérience que je ne saurais synthétiser dans les limites de ce partage. Bref, les voies de Dieu ne sont pas toujours nôtres.
 
        Voilà pourquoi, en ce jour, je rends grâce à Dieu pour son amour infini en gardant une pensée pieuse à l’endroit du père Vincent que Dieu a déjà rappelé auprès de lui. En même temps, je m’incline devant vos humbles prières et soutiens multiformes pour continuer l’œuvre de Dieu. Tout appelé de Dieu doit être à la fois grand et petit, noble d’esprit, simple et naturel, un héros dans la conquête de soi, un homme ou une femme qui s’est battu avec Dieu, une source de sanctification, un pécheur que Dieu pardonne.
Père Jean-Luc KIALA

 

Janvier 2020

 

 

 

 

 

 

République Démocratique du Congo