Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

 Les Prêtres et Diacres


 

Les Prêtres

  • Le père Alain Ruysshaert - 01 60 06 22 52
  • Le père Régis Martin - 09 80 68 58 40
  • Le père Paul Bulyalugo - 06 01 72 82 76
  • Le père Déocard Rhuhunemungu - 07 58 07 39 52

 Les Diacres

  • Guy BRISSON - 01 64 68 68 11
  • Paul Marie BRUNET - 01 60 05 69 89
  • François DEVEAUX - 01 64 68 39 80
  • Jean INGLESE - 01 64 80 74 94

 

 

 

PRÉSENTATION

DU PÈRE PAUL BULYALUGO

 

«  Je ne veux plus offrir ni holocauste ni sacrifice à d’autres dieux qu’au Seigneur Dieu d’Israël. » (Second livre des Rois, 5, 17).

  

Comme vous le voyez et l’entendez, je suis prêtre africain et j'ai quitté ma terre natale en septembre 2013 pour poursuivre l'université en France. 

Trois ans déjà que j’ai été accueilli dans le diocèse de Meaux. Ma 1ère paroisse  française a été : Chevry-Cossigny (secteur pastoral de Brie-Sénart). 

En parallèle de ma pastorale, j'ai commencé les cours de catéchèse à l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique (Institut Catholique de Paris). 

Après une année, je suis parti dans le secteur pastoral de Bussy et Lagny où je viens de passer deux ans. 

Aujourd’hui, c’est en action de grâce pour la 11ème année de ministère sacerdotal que je viens sur le secteur pastoral du Val Maubuée (Centre Saint Paul de Noisiel) et je suis très heureux d'être parmi vous. 

Mon parcours : J’ai été ordonné prêtre diocésain le 4 septembre 2005 dans le diocèse de Bukavu, République Démocratique du Congo. A l’âge de 12 ans, j’ai perdu mon père. Ma mère vit dans mon pays avec mes cinq frères et deux petites sœurs. J'ai vécu beaucoup de choses difficiles dans mon pays : incendie du presbytère et prise en otage par des bandits. J'ai été nommé prêtre dans 3 paroisses, j'ai aussi été préfet d'une école. J'aime beaucoup le sport et nous avons mis en place une pastorale sportive et culturelle auprès de notre jeunesse. 

 Épris par l’évolution (changement) de la famille, j’ai travaillé un mémoire de master sur la « crise » du mariage en France. Le thème de la famille reste au centre de mes recherches en vue d’un doctorat. C'est pourquoi j'ai animé grand nombre de préparations aux baptême et mariage où j'ai eu la joie de rencontrer des familles et mieux comprendre la société occidentale et humaine.  

Je me réjouis de vivre cette nouvelle étape de ma vie auprès de vous    - octobre 2016

 

 

 

 

 

République Démocratique du Congo


 

« UNE EXPÉRIENCE DONT LA RICHESSE   DÉBORDE DANS TOUT LES SENS … »

J'ai été successivement vicaire dans deux paroisses, trois ans dans une et deux ans dans une autre. Et la dernière année a été très riche en expérience pastorale et m’a fait gouter une nouvelle joie du ministère sacerdotal et surtout de la mission. J’étais occupé à reconstruire l’église cathédrale de notre diocèse secoué par le séisme. Cet édifice était en même temps l’église de la paroisse où je faisais mon ministère et une grande salle paroissiale dont la capacité d’accueil était estimée à 3000 places assises. Nos efforts allaient en perspective vers l’achèvement de ces deux grands chantiers physiques et visibles, sans compter d’autres chantiers pastoraux et spirituels dont Dieu seul connaît l’ampleur.  Car, en dehors de cette charge, j’assumais en même temps le rôle de l’aumônier paroissial de la catéchèse, aumônier de la liturgie et aumônier des jeunes. Mais ma conviction était que la foi est un dynamisme dont les effets doivent bâtir la communion entre les personnes et se matérialise dans des œuvres visibles. En plus de cela j’étais aumônier de l’université officielle de la place et accompagnateur diocésain d’un groupe qui s’occupe de la pastorale des couples et des familles. Par ailleurs, au cours de cette année finissant, j’ai eu la grâce de recevoir le mandat  du pape pour  œuvrer comme prêtre missionnaire de la miséricorde. Peut-être  à ce niveau pointait à l’horizon pour moi  l’exercice du ministère sacerdotal en dehors du diocèse.

        Avec la description de ce contexte, on peut comprendre le changement que je vis : changement de climat, changement de cadre pastoral, changement de culture. Être missionnaire, c’est oublier son peuple et la maison de son père (Ps 44,11). Certes c’est pour moi une première expérience en Occident et particulièrement en France, une expérience dont la richesse déborde dans tout les sens. Ce dont on  a certes entendu parler, on le palpe du doigt: décalage des heures de la nuit par rapport à la journée,  froid,  dépeuplement des églises, laïcité…

        Toutefois nous avons la joie d’avoir été accueillis par l’équipe sacerdotale, par tous les fidèles : chacun s’intéresse à nous. Je peux l’affirmer, la communauté chrétienne du Val Maubuée est caractérisée par une générosité, une fraternité, une convivialité qui transcende toutes les différences culturelles ; comme à la Pentecôte, on les entend parler dans les diverses langues des grandes oeuvres de Dieu (Ac. 2,11).   Vivre sur le pôle du Val Maubuée, c’est faire une expérience de la communion fraternelle marquée par l’inter-culturalité.

        En donnant ce témoignage, je voudrais inviter un plus grand nombre de fidèles à faire ce cheminement de foi et découvrir la joie de l'évangile dans la fraternité. Car la foi se vit en communion d’esprit et de vie avec d’autres fidèles.

Père Déocard RHUHUNEMUNGU

 février 2017