Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

 Action des chrétiens pour l'abolition de la Torture


 

Appel du mois de novembre

Germain Rukuki, ancien membre  de l’ACAT-Burundi , association consœur de l’ACAT-France est emprisonné pour avoir défendu les droits de l’homme.

Le 23 / 10 / 2017

Il est 6h du matin.  13 juillet 2017 des policiers débarquent chez Monsieur et Madame Rukuki à Bujumbura. Ils réquisitionnent les ordinateurs et arrêtent Germain sans mandat judiciaire. Escorté par quatre pick-up de la police, il est détenu dans les locaux du service national de renseignement pendant presque deux semaines. Détenu au secret, il ne peut recevoir aucune visite de ses proches, ni avoir de contact avec son avocat. Il est soumis à des nombreux interrogatoires, toujours en absences de son avocat. Pour avoir collaboré avec l’ACAT-Burundi, il est accusé « d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat » et de « rébellion », alors que le  Ministère public n’a apporté aucune preuve concrète en la matière. Depuis, Germain Rukuki est placé en détention préventive à la prison de Ngozi.

Le harcèlement judiciaire dont fait l’objet Germain Rukuki est devenu habituel parmi les défenseurs des droits de l’homme burundais depuis que le régime de Pierre Nkurunziza, prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, mène une répression systématique contre toute voix dissidente au sein de la société civile. Le régime accuse continuellement les  défenseurs des droits de l’homme indépendants d’atteintes à la sécurité nationale pour mettre à mal leurs libertés d’expression et d’association. Ainsi, par exemple, l’ACAT-Burundi est interdite d’activités depuis novembre 2015 et son président a dû quitter le pays.

Depuis que le président de la République, Pierre Nkurunziza, a annoncé vouloir briguer un troisième mandat en avril 2015, le Burundi est plongé dans une situation de quasi guerre civile. En moins de trois années, le Burundi est retombé dans une crise politique majeure avec de multiples violations des droits de l’homme et plus 400 000 réfugiés dans les pays voisins. En septembre 2017, la Commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi évoquait des « crimes contre l’humanité » commises par l’Etat.

E.M. Pierre NKURUNZIZA


Proposition de lettre à adresser en faveur de Mr RUKUKI

                                                                                                       Présidence de la République
                                                                                                       Boulevard de l'Indépendance
                                                                                                       Rohero I
                                                                                                       BP 1870 Bujumbura
                                                                                                       BURUNDI

Monsieur le Président,

M. Germain Rukuki a été arrêté arbitrairement par des policiers le 13 juillet 2017, sans mandat d’arrêt, à son domicile de Bujumbura.

Depuis lors, de nombreuses irrégularités ont été constatées dans la procédure judiciaire intentée à son encontre par le ministère public. Malgré ces violations du droit et l’absence de la moindre preuve de culpabilité pour les crimes « d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat » et de « rébellion » dont il est accusé, M. Germain Rukuki reste emprisonné.

Je vous prie par conséquent, Monsieur le Président, de faire libérer immédiatement et sans conditions M. Germain Rukuki et de garantir en toutes circonstances son intégrité physique et psychologique.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.


Prière du mois (Pape François) - Prière pour les migrants

Ô Dieu de Miséricorde,
Nous te prions pour tous les hommes, les femmes et les enfants
qui sont morts après avoir quitté leur pays à la recherche d’une vie meilleure.
Bien que beaucoup de leurs tombes ne portent aucun nom,
chacun d’entre eux est pour toi connu, aimé et précieux.
Puissions-nous ne jamais les oublier,
et honorer leur sacrifice
non par des paroles, mais par des actes.

Nous te confions tous ceux qui ont entrepris ce voyage,
qui ont supporté l'angoisse, le doute et les humiliations,
afin de retrouver la sécurité et l’espérance.
De même que tu n’as jamais abandonné ton Fils
qui a été conduit en lieu sûr par Marie et Joseph,
sois présent aujourd’hui auprès d’eux, tes fils et filles,
à travers notre tendresse et notre protection.
En prenant soin d’eux, puissions-nous rechercher un monde
où personne ne serait obligé de quitter sa maison
et où tous pourraient vivre dans la liberté, la dignité et la paix.

Dieu de Miséricorde, Père de tous les hommes,
réveille-nous de notre sommeil d’indifférence !
Ouvre nos yeux à leur souffrance,
et libère-nous de l’insensibilité
que le confort du monde et de l’égocentrisme ont fait naître en nous.
À nous, Nations, communauté et individus,
donne-nous de voir que ceux qui arrivent sur nos côtes
sont nos frères et nos sœurs.
Puissions-nous partager avec eux les bienfaits
que nous avons reçus de ta main,
et reconnaître qu’ensemble, en une seule famille humaine,
nous sommes tous migrants, voyageurs espérant parvenir jusqu’à toi,
notre véritable demeure,
là où toute larme sera effacée,
et où nous serons en paix et en sécurité entre tes bras.


 



 

L’ACAT est une ONG chrétienne de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d'utilité publique et d'éducation populaire. 

 L’ACAT combat la torture et défend l’abolition de la peine de mort, ainsi que le droit d’asile partout dans le monde, sans distinction idéologique, ethnique ou religieuse. 

Comme chrétiens, nous refusons la pratique de la torture et agissons pour son abolition, en accord avec l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

 Les trois piliers de l’ACAT : agir, prier, être œcuménique

 Agir :

  • Envoi de lettres d’intervention aux autorités pour dénoncer la pratique de la torture ;
  • Soutien par envoi de lettres aux prisonniers victimes de la violence d’Etat et à leur famille ;
  • Sensibilisation des chrétiens au scandale de la torture ;
  • Education aux Droits de l’Homme en milieu scolaire.

 Prier :

  • Pour les personnes torturées et pour les tortionnaires, afin qu’ils retrouvent leur dignité d’homme. La « Nuit des Veilleurs » est une chaîne de prière relayée dans le monde entier à l’occasion de la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture.

 Etre œcuménique :

  • L’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture est une association œcuménique, internationale, fondée en 1974 par deux femmes protestantes.

 Action, prière et œcuménisme sont efficaces : chaque année nous mettons fin au calvaire de plus de 200 hommes, femmes et enfants

 


Site internet : https://www.acatfrance.fr

Equipe locale du Val Maubuée : Anne BAUDUCEAU (tel. 06 81 42 89 41)